Viviane Audet brise la glace

Source: blog.annegauthier.ca

Source: blog.annegauthier.ca

Le mois dernier, je m’entretenais avec Viviane Audet à propos de son nouvel album. Vendredi 29 mars, elle brisait la glace sur la scène du Studio-théâtre de la Place des Arts. J’ai assisté à cette prestation emplie de cocasserie, de fragilité et d’éloquence.

Dès la première pièce: mes appréhensions volatilisées et le public apprivoisé. Comment, en effet, ne pas succomber à la sensibilité qui s’entremêle tant dans sa voix que dans sa poésie?

Chaque composition s’inspire de récits de vie ou de simples péripéties. Son charisme nous séduit. Ses textes imagés nous font voguer sur un flot paisible.

En hauteur (ma préférée)

J’ai la tête en brouillard
Le geste en apesanteur
J’ai le coeur parké en double
L’élan sans moteur
Mais des petits oiseaux s’envolent avec mon coeur
En hauteur, en hauteur
Je n’ai plus peur

Viviane Audet s’est entourée de trois musiciens hors-pair pour ce spectacle:

Marc-André Landry : bass, banjolélé et guitare peanut (date de 1910)
Yannick Parent : batterie, guitare et banjolélé
Benoit Rocheleau : orgue, Wurlitzer, percussions, trombone, vibraslap, etc.

ILLÉGALE

Accompagnée uniquement d’une bass, d’un trombone et de son talent de pianiste, cette célèbre pièce de Marjo est reprise avec délicatesse et retenue par Viviane. L’interprète nous a aussi offert un extrait de la trame sonore du film Camion et l’une des chansons présente sur son premier album Le long jeu, Quand l’amour s’en va en guerre.

D’ailleurs, l’artiste sait improviser et dealer avec les ennuis techniques en usant d’humour.  Pendant les tentatives de branchement de guitare, elle blague à propos de sa robe (la même que celle du Gala des Jutra). «Il faut bien la rentabiliser cette robe-là!».  S’ensuit cette pièce, Quand l’amour s’en va en guerre qu’elle juge déprimante, mais pleine d’attitude et de franc parler.

APRÈS LA PLUIE… LA PLUIE???

Trois semaines en Gaspésie, trois semaines de pluie. Comble d’ironie, la radio diffuse une chanson célébrant le soleil. Viviane au banjolélé et Robin à la guitare, le duo interprète cette pièce cocasse, pied de nez à l’expression «Après la pluie, le beau temps».

Viviane Audet conclut son spectacle avec cette pièce tout en douceur, Perce-Neige. C’est aussi avec cet extrait que je boucle mon article. Bonne écoute les bouclettes!

Rappelons que ce deuxième album a été réalisé par Philippe Brault (Pierre Lapointe, Random Recipe, Hôtel Morphée) et qu’il devrait sortir en automne.

La vidéo a été tirée du site Internet http://www.vivianeaudet.com/fr_nouvelles.cfm

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :