Lexique franco-québécois

« Putain! C’était le pied cette soirée! J’avais trop la dalle après! MDR. »

« Ben quin toé, c’était ben trop nice le party pour vrai! J’avais full faim après, yo. LOL. »

On va s’le dire: on a beau parler la même langue, on se comprend pas tout l’temps. Depuis le début de l’échange, j’ai la CHANCE INOUÏE de passer mes soirées avec une gang folle de Français. On va en « soirée », on « picole » et « s’éclate ».

Vous remarquerez donc que ce qui suit est très party oriented. C’est presque sérieux, le vocabulaire que j’apprends. MDR, chuis trop française, quoi!

– Nique sa mère: Aaaaattention. Y’a deux meanings. Pis la seule manière de distinguer, c’est avec l’intonation. T’as « Nique sa mèèèèèèère » alla « TROP CHIIIIILL », pis t’as « nique sa mère » genre « dude, ça me fait trop chier ». Confusion garantie.

– Choper/pécho: Quand j’ai entendu pour la première fois « choper du danois », j’ai cru qu’on allait trancher d’la viande en fines lamelles. Chop chop chop. Ben non, apparemment, choper (ou pécho dans un verlan pertinent), c’est « rencontrer » un gars/une fille dans un party. Guillemets obligatoires.

– Relou: Verlan pour lourd. Chiant. Une situation ou une personne. Genre, le Doc Mailloux, y’est relou.

– Chelou: Verlan pour louche. Bizarre. Une situation ou une personne, encore. Genre, le Doc Mailloux, y’est chelou.

– Chamallow : Guimauve. La reformulation de « marshmallow » la plus weird que j’ai vue depuis un boutte.

– Bourré(e) / pété(e) / j’ai 6 grammes / j’suis grammé(e) : Toutes des expressions pour « je suis saoul(e) ». Nota bene: ben des variantes. J’ai eu le temps d’en récolter une couple, mettons.

– Bonne / canon : Une chix. « Trop bonne la meufe, quoi. » Non, ‘est pas douée dans queq’chose. Dis pas « J’suis trop bonne à WoW! » à une gang de gars geeks, tu vas te faire regarder croche.

– On se les pèle: Avoir froid, tout simplement. Le plus proche que tu peux être d’une patate ou d’une carotte. La pelure pis toute. En tout cas.

– Je craque / je me fends la poire/ je me marre: J’suis crampée. Ben raide. Une fois, j’ai dis « man, j’suis crampée », pis j’ai eu droit à deux-trois offres. « Oh mais ça va? Je peux te filer des dolipranes si tu veux. » Quessé ça, du doliprane. Des Advils please.

– Une binouze / une binch’ : Une bière. Dire que « bizoune » pis « pinch » sont à trois lettres près.

– P’tit jaune: Un Ricard. (Pastis de Marseille. Un pastis c’t’un apéritif. Si tu sais pas c’est quoi un apéritif google-le, pour vrai, j’suis pas un moteur de recherche sur pattes.)

– J’ai la flemme: J’suis pas down. Habituellement entendu le dimanche soir, évachée su’l sofa.

– T’as été fini(e) au pipi / t’as été bercé(e) trop près du mur/ il te manque une case: T’es cave. Pis l’image du bébé semi-garoché su’l mur est écoeurante.

– Y’a une couille dans le pâté/ça chie dans le pâté: Y’a quelque chose qui marche pas. Pauvre pâté, pareil. Il avait rien demandé.

– J’suis chaud(e): J’suis down de faire quelque chose. « Hey, tu veux aller à la plage? » « Ouais, j’suis chaude! » « Déjà? »

– Il/Elle a pas inventé l’eau chaude : La version française de « Pas avoir la tête à Papineau ». Louis-Joseph likes this.

Même si des fois on d’la misère à se comprendre, au final, on s’aime bien, les cousins.

Come on, y trippent sur Céline. On peut juste bien s’entendre.

Mention spéciale au one piece shiny latex de Céline pis aux cheveux-moppes de Jean-Jacques Goldman.

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :