Porno Dépendance

la_grande_epidemie_de_pornographie

La consommation de pornographie fait aujourd’hui partie du quotidien de monsieur, madame, tout le monde. De par son accessibilité sur Internet, elle est largement acceptée et banalisée. Les gars écoutent de la porn, les filles aussi, il n’y a pas de quoi en faire toute une histoire. Et pourtant…

Des histoires, il y en a. Des histoires drôles, des histoires tristes et des histoires carrément dramatiques.

La pornographie, comme tous stimulants et excitants, doit être consommée avec modération puisqu’effectivement, la dépendance à la pornographie existe et les conséquences se rapprochent fortement de celles d’autres types de dépendances telles que celles à l’alcool, à la drogue et à la cigarette.

On ne pense pas à prévenir les gens des dangers que peut provoquer la consommation de porno. Il faudrait d’ailleurs commencer avec les plus jeunes puisque la moitié des adolescents de 11 ans ont déjà vu un film pornographique. La très grande majorité découvre la pornographie avant la sexualité (www.pornodependance.com).

zqwfgvs8

Il n’y a pas d’alerte lorsqu’on accède à un site pornographique du genre :

ATTENTION, LA PORNOGRAPHIE PROVOQUE UNE DÉPENDANCE. À CONSOMMER AVEC GRANDE MODÉRATION.

Même si cela était, comprendrait-on vraiment les risques que comporte ce type de consommation?

Pour vous expliquer le phénomène et les conséquences de l’utilisation de la pornographie, je me suis référée au site internet d’aide et de références aux porno-dépendants : http://www.pornodependance.com qui explique le cheminement du dépendant de façon claire et précise.

32316905

Pourquoi consommer de la pornographie?

Selon les auteurs du site internet, l’amateur de pornographie recherche avant tout une sensation forte, une sorte de poussée d’adrénaline. Or, l’adrénaline produit dans le cerveau ce qu’on appelle la dopamine. La dopamine est une molécule, secrétée par l’hypothalamus, qui entraîne la sensation de bien-être. Il est d’ailleurs à ce titre utile de rappeler que les images à caractère sexuel ont, par essence, un extraordinaire potentiel excitant. Elles sont donc particulièrement aptes à faire secréter une forte de dose de dopamine.

111456

Donc, la consommation de pornographie stimule et excite. Rien de très surprenant. Où se trouve donc le danger?

La surconsommation entraîne une accoutumance à cette poussée d’adrénaline. Le dépendant est alors contraint à la surconsommation, afin de pouvoir continuer à retrouver l’excitation des premiers jours. Il va donc « augmenter » les doses, ou « améliorer » le produit, ce qui, pour la pornographie, se traduit par la recherche de représentations sexuelles toujours plus extrêmes et violentes. Le consommateur entre alors dans un cercle vicieux : parce qu’il ressent le besoin de consommer de la pornographie, il en consomme ; parce qu’il en consomme, il en ressent le besoin. Et cela, les pornocrates l’ont parfaitement compris de longue date! La frustration est pour eux la garantie de consommateurs acquis à leur business.

CYBERDEPENDANCE

Et quels sont les conséquences, outre le fait de rester enfermé dans sa chambre à longueur de journée?

La recherche d’une sexualité irréelle : Par cela, on entend de tenter de reproduire les scénarios de film pornographique dans la vie réelle. La poursuite de ce fantasme aura tendance à entraîner une forte déception des rapports sexuels en général. Ils ne seront jamais assez intenses et satisfaisants, ce qui provoquera un état de frustration omniprésent qui, comme mentionné plus haut, entraînera le dépendant à consommer davantage de pornographie.

L’altération de la libido : En étant constamment en quête de combler leur fantasmatique d’une sexualité irréelle, les accros à la pornographie trouveront leurs rapports sexuels ennuyants et peu excitants. « Ils avancent que les sensations ne paraissent pas aussi bonnes quand dans les films. Ils peuvent également s’offusquer que le corps de leur partenaire ne répond pas aux standards esthétiques de la pornographie ; ou bien encore que ces dernières ne soient pas aussi ouvertes que les actrices. » Ceci entraînera une perte de libido face à la sexualité classique.

Le repli sur une sexualité masturbatoire : «Certains dépendants en perdront le goût pour les rapports. Ils peuvent en venir à préférer la masturbation, accompagnée du défilement de pensées pornographiques. Le dépendant a ainsi l’impression de rester maître de sa sexualité, et de se mettre à l’abri de toute déception.»

En tant que Bouclettes de ce monde, en quoi cela pourrait-il nous affecter? À quoi ressemble une relation amoureuse avec un homme dépendant à la pornographie? Quelles seraient les conséquences de ce type de relation sur l’estime de soi, l’image corporelle et la sexualité? La pornographie serait-elle la source de plusieurs dysfonctions sexuelles et relationnelles? Pourtant, lorsqu’elle est utilisée de façon raisonnable et aléatoire, elle peut être extrêmement bénéfique.

À suivre…

Bonne semaine au soleil les Bouclettes,

Jade

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :