Faire le point sur la pilule contraceptive. Pourquoi ?

Contraception-la-pilule-passe-mal

Parce que les médecins la prescrivent à distance, moyennant une certaine compensation ($$), sans exiger de rencontrer la patiente ou d’effectuer un examen gynécologique.

Parce que pour certain gars, une fille qui prend la pilule signifie une passe facile et directe à une relation sexuelle non protégée.

Parce que les filles prennent la pilule contraceptive durant des années sans se poser la question: Est-ce que c’est bon pour moi?

Parce que je fais partie de ces femmes qui utilisent la pilule contraceptive depuis l’adolescence.

Parce que je ne suis pas la seule.

Parce que la pilule comporterait des risques importants pour la santé.

Parce que plusieurs jeunes femmes décèdent chaque année suite à la prise de contraceptifs oraux.

Parce que, un moment donné, il faudrait peser le pour et le contre de ce moyen de contraception avant de le prescrire et de prendre la décision de le prendre.

C’est donc pour ces raisons, et bien plus encore, que je ferai le point, selon le meilleur de mes connaissances, sur ladite pilule contraceptive.

Ce sujet d’article s’est mis à germer dans mon esprit suite à la lecture d’un courriel d’une lectrice de Boucle Magazine (Saperlipopette qu’on vous aime !). Elle m’a fait part de sa frustration et de son incompréhension face à la prescription easy, breezy, y’en a pas de problème des pilules contraceptives. Et ceci avec raison. Il y a de quoi étonner une petite mademoiselle lorsqu’on écoute les actualités médiatiques. On a récemment appris que l’un des effets secondaires de la pilule serait… la mort. L’embolie pulmonaire. Heuuu… PAS COOL RAOUL.

Je ne suis pas médecin. Je ne possède pas les compétences professionnelles pour vous éclairer face aux conséquences physiologiques exactes que comporte la prise de contraceptifs oraux. Par contre, je peux vous assurer d’une chose, vous avez raison de vous poser des questions parce que des conséquences physiologiques il y en a.

Il y a aussi d’autres types de conséquences.

Des conséquences qui ne font pas la tournée des médias dans le moment. Des conséquences omniprésentes qui se sont doucement immiscées dans la vie des consommatrices de pilules contraceptives.

C’est surtout de cela que je veux vous parler.

Un des plus importants symptômes de la prise de contraceptifs oraux est certainement la dépression.

La dépression attaque de façon psychologique et physique. Je ne parle pas juste du type de dépression qui nous cloue au lit et qui nous fais broyer du noir, mais aussi de celle qui nous fait sentir faible, négative et mélancolique sur une base semi-régulière. Peut-être vous sentez-vous parfois à bout de souffle durant toute une semaine, comme si la vie écrasait son lourd poids sur vos petites épaules fragiles. Peut-être la semaine suivante vous sentez-vous agressive, impatiente et frustrée. L’autre, simplement fatiguée et la dernière pleine d’énergie, heureuse et émancipé. Peut-être avez-vous appris à gérer ces vagues de tempéraments déconcertants sans en faire toute une histoire, en mettant la faute sur vos hormones de femmes. Et si ce cercle vicieux d’émotions tourbillonnantes étaient effectivement dû aux hormones, mais pas celles de votre cycle naturel. Plutôt de celles que vous ingérez tous les jours depuis des années. Y avez-vous déjà réfléchis? Ce calvaire émotionnel serait peut-être réglé si vous changiez de moyen de contraception.

Parmi les autres symptômes secondaires de la prise de contraceptifs oraux, on retrouve aussi les migraines, les nausées, les ballonnements, les tensions mammaires, les saignements entre les règles et la baisse de la libido.

Je n’envoie pas aujourd’hui un message d’intérêt général à stopper la prise de pilule contraceptive, mais je vous suggère fortement de faire une petite rétrospective de votre vie (habitude à la douleur, saute d’humeur, tension, état psychologique ambivalent, etc.) tout en explorant les diverses options de méthodes contraceptives qui s’offrent à vous. N’hésitez pas à demander l’aide d’un médecin pour obtenir les réponses à vos questions. Je vous suggère fortement la Clinique L’alternative qui se spécialise dans la gynécologie. Les médecins sauront comprendre vos craintes et seront en mesure de vous informer de façon claire et précise sur les moyens de contraceptions disponibles sur le marché.

Dernière chose, prendre la pilule ne signifie pas être à l’abri de toutes les patentes sexuelles indésirables ou indésirées du monde entier. Prise correctement, elle réduira les risques de grossesses à 99%. C’est tout. Elle ne protège pas du VIH, du VPH, de l’herpès, de la chlamydia et de toutes les maladies transmissibles sexuellement. Si votre partenaire insiste à avoir des relations sexuelles non protégés parce qu’il n’y a aucun risque comme vous prenez la pilule, informez le des faits. S’il continu à insister, changer de partenaire ! Non mais sérieusement, si sa propre santé sexuelle ne le préoccupe pas plus qu’il faut, il ne se souciera pas plus de la vôtre. Et ça, c’est juste irrespectueux. Vous méritez mieux!

Bonne semaine les Bouclettes,

Jade, qui vous reviendra sous peu avec plus d’informations sur la gamme de moyens de contraceptions offerts au Québec

5 Commentaires

  1. Une alternative? Un moyen de contraception offert au Québec, sans aucun effet secondaire et efficace (99% de chance de ne pas concevoir, en usage adéquat). Économique et écologique, une méthode naturelle appuyée scientifiquement. Organisme soutenu par le ministère de la Santé et des Services sociaux, et encadré par des médecins-conseils, SERÉNA Québec offre des ateliers de formation et de l’information sur la gestion naturelle de la fertilité. Apprivoisez le cycle féminin, redécouvrez votre corps et prenez le contrôle de votre fertilité http://www.serena.ca

  2. Il ne faudrait par contre pas oublier que la pilule contraceptive a aussi des effets positifs qui lui sont reconnus: diminuyion des douleurs lors des menstruations dans certains cas, diminution du flux sanguin, diminution des risques de cancer de l’ovaire et de l’endomètre, régularisation du cycle menstruel, etc. Il existe différentes sortes de pilules avec des concentrations plus ou moins élevées d’hormones, alors pourquoi ne pas se renseigner là-dessus!

  3. Bonjour!

    Je suis impressionné par la véracité de votre article. En effet, il n’y a aucun médicament qui n’a pas de répercussion à plus ou moins long terme sur sa santé physique et psychologique. Les médicaments produits par des multinationales pharmaceutiques ont été développés davantage dans un souci mercantile que par un intérêt du bien-être de la clientèle potentielle. Attention! Je ne nie pas que lesdites multinationales ne font que penser aux profits mais c’est à l’ensemble de la population concernée, ici en particuliers aux femmes, d’être prudente aux médicaments surtout en ce qui concerne la santé sexuelle et sur sa vie.

    Personnellement, je suis en faveur de développer un médicament strictement réservé aux hommes, en couples ou bien célibataires, pour permettre un second choix en matière de contraception orale. Là encore! Les hommes accepteront-ils de l’utiliser? J’en doute sérieusement vu le caractère orgueilleux de la gente masculine. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :