La peur d’avoir peur

2larges

L’Halloween, moment de l’année où avoir peur est normal et convoité. Durant cette fête, on cherche à s’enlaidir et à s’exposer à des images et des situations déstabilisantes, troublantes et affreuses, pour le simple plaisir étrange d’être dégoutés, pétrifiés et anxieux. On est stimulé par le thrill de l’épouvante et l’adrénaline que cette dernière nous procure. Toutefois, durant les 364 autres jours de l’année, avoir peur est pas mal plus out et tabou, du moins, avoir peur pour vrai.

Avoir une petite peur de temps en temps, ça va, mais encore la, il y a des peurs plus acceptables que d’autres; comme le vertige. La crainte des hauteurs, c’est tellement commun et puis il y a souvent moyen de contourner la situation. On n’en fait pas de cas, c’est même attachant. Mais si je vous parlais de la peur de prendre le transport en commun, de la peur démesurée de mourir, de la peur d’aller à un endroit qu’on ne connait pas, de la peur d’être en groupe, de la peur de prendre la parole, la peur d’être mère, la peur de « vivre »… 

Ces peurs, toutes aussi déstabilisantes les unes que les autres, existent chez certains et touchent leur quotidien, bouleversant ainsi leur équilibre interne en faisant d’eux un être inquiet, anxieux et souvent malheureux. L’ennui avec la peur, c’est qu’elle est paralysante et qu’elle nous empêche d’être libre et socialement épanouie.

La peur, je connais bien ça. Phobie sociale, anxiété de performance, angoisse; j’en vis quotidiennement. Je sais ce que ça fait de devoir fonctionner en société sans nécessairement vouloir déballer toute sa vie pour expliquer un malaise, un refus, une ambigüité. Je sais ce que ça fait d’être pétrifiée à l’idée de devoir être soi sans artifices, totalement vrai et vulnérable, mais je sais aussi le bien-être que cela procure : se permettre d’être imparfait et authentique devant autrui.

Si je vous parle de la peur aujourd’hui, ce n’est certainement pas pour en faire la promotion, ni même pour chercher à la justifier. Nous avons tous nos blessures, nos carences, nos moyens de défense et la peur a autant de raisons d’être qu’il y a d’humains sur terre. Mon but est plutôt de vous inviter à :

  1. Prendre conscience de vos peurs.
  2. Les accepter
  3. En parler et les assumer en société
  4. Les apprivoiser
  5. Les vaincre (dans la mesure du possible)

Ces étapes vous paraissent peut-être évidentes et banales, mais en fait, elles sont parfois aussi douloureuses que celles d’un deuil pour ceux qui doivent les surmonter une à une.  La peur peut devenir un poison pour celui qui la vit fréquemment et avec intensité. Il est donc réellement important de ne pas la laisser gagner et de se donner les moyens de prendre le dessus sur elle. Évidemment, ce processus peut être très long et pénible, mais je pense qu’en se donnant le droit d’avoir peur  ainsi qu’en affichant et en assumant nos limites et nos barrières, nous nous réapproprions notre force interne.

héros

« Libère ton héros, qui fait dodo, il est assez reposé » Misteur Valaire

Je sais combien il est difficile de parler de nos travers dans une société où on valorise excessivement la performance et la perfection. Toutefois, j’ai cette envie criante de vous dire combien vous êtes parfait(e)s malgré vos doutes et vos peurs que vous cherchez habilement à dissimuler pour ne pas être « étiquettés» et jugés. Ces craintes, elles font partie de vous et elles déterminent votre sensibilité, mais aussi et surtout, votre histoire personnelle. Ces inquiétudes que vous nourrissez elles vous ont été transmises soit par votre famille ou votre propre expérience personnelle. Elles regorgent de souvenirs, de souffrance et de vérités. C’est donc en analysant et en apprivoisant vos phobies et vos craintes que vous vous libèrerez de votre passé et ouvrirez les bras à ce futur débordant de possibilités qui s’offre à vous.

La peur est un puissant tremplin de cheminement personnel. En affichant fièrement qui vous êtes sans compromis, vous permettez d’abord à d’autres de s’identifier à vous et ainsi se sentir compris, mais vous vous permettez aussi d’être libres de ressentir les émotions qui vous habitent. Il n’y a pas de honte à avoir peur. C’est humain. Nous sommes tous sensibles à notre façon et les gens sont capables de beaucoup plus d’empathie qu’on peut parfois le soupçonner. Le simple fait de dire tout haut ce qu’on vit tout bas, peut changer le cours des choses. Puis, est-ce vraiment important d’être accueillis et compris de tous de toute façon ? À chacun sa vérité, à chacun sa réalité ! La vie est belle, quoi qu’effrayante. Ayez confiance en vous ! N’ayez pas peur d’avoir peur !

MC900232171

Pour boucler la boucle :

Si vous avez envie d’avoir une vraie frousse je vous invite à aller au Carrefour Angrignon explorer les containers de l’épouvante dont Patrick Sénécal  est le porte-parole. Le nom de l’événement est : PEUR DÉPÔT !  Ça se termine le 2 novembre 2013, faites vite.

C’est une peur « in » et efficace à ce qui paraît ! Même les monsieurs crient ! La preuve : http://www.peurdepot.com/fr/#peur

mlle_mymy2

mllemymy.bouclemagazine@gmail.com 

Twitter: @_MlleMymy_

Facebook: Mademoiselle Mymy 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :