La Rebelle et le Yankee : Un pan d’histoire et d’amour

mo_9782764808450

Ferrus d’histoire et de romance? La Rebelle et le Yankee Les Habits rouges de la colère pourrait bien être pour vous. Ici, ne vous attendez pas à un amour romanesque à l’eau de rose. Non. Plongez plutôt dans le Québec de 1775 marqué par l’invasion britannique où Hélène continuera la bataille pour chasser ces derniers de l’Amérique française.

L’auteur nous propose un récit très lyrique, à la limite du conte.  L’esprit de « magie » que comporte notre histoire y est présent, mais ici de façon parfois très crue, imagée et accentuée. Marcel Lefebvre a compris l’importance de la description et de l’adjectif dans un roman, malgré l’utilisation un peu abusive à l’occasion.

 Hélène, le personnage principal, est très étoffée. Elle représente toutefois le cliché de la femme forte que l’on retrouve trop souvent dans les histoires contemporaines, mais qui ici, contraste avec l’image de la femme «soumise» de 1775.  Les qualités et défauts d’Hélène sont très bien cernés et on aime la colère qui l’habite et qui dicte ses gestes. Ce qui vient, malheureusement, briser le charme entre le lecteur et le personnage est la redondance extrême de sa description.

Marcel Lefebvre ne fait pas qu’abuser des adjectifs, mais il abuse aussi de la description. Si ce n’est pas une mauvaise chose en soi, réexpliquer ce que le personnage est de page en page, ou de chapitre en chapitre, ternit l’histoire et lasse le lecteur qui se retrouve les mains liées. Il n’y a aucune nécessité à répéter ce qui a été dit, car les actions de l’héroïne nous rappelle sans vraiment le dire ce qu’Hélène est. Bref, l’auteur gagnerait à laisser un peu de liberté au lectorat.

 La R & Y est très centrée sur la Rebelle. Il ne s’éparpille pas sur les autres personnages. Si cela évite une certaine cacophonie, il serait apprécié d’avoir une meilleure vue d’ensemble des autres personnages. Toutefois, nous apprenons assez bien à connaître ceux-ci par l’entremise d’Hélène.

Le rythme lent de l’histoire est rafraîchissant et nous permet de déguster notre lecture. Le format est idéal. S’il avait été plus long, force est d’admettre que les descriptions auraient fait mal au récit. Plusieurs auraient décroché. Un beau thumbs up pour la couverture qui accroche le regard et pique la curiosité.

 Qu’à cela ne tienne, La Rebelle et le Yankee : Les habits de la colère est une excellente lecture et le deuxième tome vous attend déjà en librairie.

Cette lecture sera douce et poétique. Elle en sera une d’hiver face à un foyer et un doux chocolat chaud (ou café) à la main. Est-ce que vous aurez envie de continuer l’aventure? La question se pose, mais fort probablement que vous voudrez savoir la suite.

  • Verdict : Boucle bon
  • Note : 7/10
  • Genre : Littérature québécoise, Roman historique
  • Éditions : Libre Expression
  • Prix: 27,95 $

Pour me suivre 

Twitter

Pinterest

Un commentaire

  1. Ping : Marcel Lefebvre » Boucle Magazine suggère La Rebelle et un chocolat chaud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :