Le Noël de Marguerite : Un baume réel.

Il était une fois… un joli conte de Noël qui était différent de ses comparses. Sa différence se situait dans le public qu’il voulait rejoindre. Si les contes en général sont destinés aux enfants, Le Noël de Marguerite, lui, ciblait les adultes. Si, au passage, les enfants s’y intéressaient, l’auteure venait de faire une pierre, deux coups.

 Les contes de Noël nous ont habitué à une magie féerique. India Desjardins, accompagnée des illustrations de Pascal Blanchet, nous propose plutôt la douce tristesse de ceux et celles qui restent nostalgiques d’un temps passé, à l’approche de Noël.

Simple et efficace, c’est une douce lecture qui s’offre à nous. Accompagnée d’un bon chocolat chaud, vous aurez envie de vous emmitoufler dans une belle couverture. On retrouve la « candeur » de l’auteure jeunesse qui va droit au but. Elle n’utilise aucun flafla.

Le Noël de Marguerite est le meilleur exemple qu’une histoire n’a aucunement besoin d’avoir 300 pages pour rejoindre quelqu’un. Soixante-douze pages et le tour est joué. Ce n’est peut-être pas la magie de notre enfance, mais ce récit est magique. Magique dans le sens qu’il nous ramène à l’essence même de Noël, de ce que l’on peut apporter aux gens autour de nous.

India Desjardins, que ce soit voulu ou pas, nous ramène aux petites choses de la vie, à l’importance du temps que l’on accorde aux gens, mais surtout aux oublis de la vie. On oublie que nos parents et nos grand-parents vieillissent. On a tendance, à cette époque où le temps nous presse, où l’on doit performer et tout avoir, à oublier que le présent est important.

C’est sur cette notion que repose Le Noël de Marguerite. Elle vit dans ses Noël passés pour excuser la solitude de ce Noël ci. Et pourtant, pourtant.

J’ai été un peu déçue par la rapidité avec laquelle le tout dégringole, mais j’ai adoré ce conte différent de ceux que l’on voit habituellement. La plume vive et simple d’India Desjardins est superbe, comme à l’habitude. Celle-ci est gracieusement supportée par les dessins de Pascal Blanchet qui a su cerner l’essentiel du conte et qui nous emporte dans un univers rétro très intéressant.

Habituellement, je note mes lectures. Cette fois, je ne le ferai pas. Un conte de Noël, ça ne se note pas. Un retour aux sources non plus.

Merci La Pastèque pour cette publication, Merci India et Pascal pour ce baume au coeur. Que ce soit Noël ou pas, je souhaite de nouvelles collaborations entre ces deux artistes.

Et si vous cherchez un cadeau de dernière minute, pourquoi pas Le Noël de Marguerite? Elle n’attend que ça!

Joyeuses fêtes!  🙂

@AlexePhilibert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :