Rap québécois : entrevue avec Aspect Mendoza

Mendoza 3

L’an dernier, j’ai découvert un artiste dans un style musical que je n’avais pas l’habitude d’écouter. Avec lui, c’était différent. Pourquoi? Sa tignasse rousse, son groove, ses mots? Toutes ces réponses! Mendoza, c’est des rythmes accrocheurs avec des mots engagés. C’est du rap comme je l’aime, clean et intelligent.

Quand son dernier vidéoclip a été mis en ligne, je me suis dit qu’il fallait tellement que je vous initie à sa musique. Et à l’homme.

DRAGON DE KOMODO- ASPECT MENDOZA

Pour l’écoute d’autres morceaux, c’est par ici.

Mes favorites?

Début d’la Fin (2009 – clip)

Babillard (2011) 2h22 (2013)

S.C.R.A.M. (2013 – Clip)

Un Vent d’avant Novembre (2013 – Clip) 

fioritures-victoriennes-02

J’ai eu la chance de m’entretenir avec le jeune homme. V’là notre échange!

Pourquoi en tant qu’artiste on choisit le rap comme style?

Personnellement, c’est pour l’amour de la culture. D’autres, trop souvent, c’est parce que c’est un style de musique assez facile à faire, du moins plus facile à réaliser sans band, seul ou entre amis… Mais j’crois profondément que c’est une musique qui parle beaucoup et qui est en expansion mondiale.

Quelles sont tes influences?

Wu-Tang clan, Big Pun, Kool G rap, Iam, Ntm, Oxmo Puccino, et j’en passe des tonnes…

On m’a dit que tu es très polyvalent et que tu t’occupes de presque toutes les facettes de ta musique (la musique, l’enregistrement, la conception, le graphisme des albums, la promo…). C’est vrai?

La production de beats (instrumentaux), l’écriture de textes, l’enregistrement, le mixage, la promotion, c’est vrai. J’ai même fait la plupart de mes covers (pochettes d’albums), sauf que maintenant, je laisse le travail de l’image à des professionnels, entre autres…

Survivre sans Label, c’est pas évident si je ne me trompe pas? Mendoza1

Tu l’as dit : Survivre.

Parle-moi un peu de la scène locale pour le rap.

La scène locale se porte à merveille. Ces temps-ci, la relève est solide et on commence à nous remarquer outre-Atlantique.

On fait du rap pour le fame et l’argent ou c’est un stéréotype gros comme le bras?

Au Québec, s’il y a du fame, il n’est pas immense… Et pour c’qui est de l’industrie, j’crois pas qu’ils fassent tant d’argent, à part peut-être quelques noms qui reviennent souvent, mais j’suis indépendant, donc j’connais pas tous les détails.

Comment se passe ton processus créatif? Créer une toune, ça se fait comment dans ton cas?

J’crée ou reçois des beats (d’autres beatmakers parfois) et j’dois le  »feel » à fond, ressentir quelque chose. Après, on trouve un concept, des idées et on écrit… Quand on a fini la création et la conception, on doit enregistrer le tout, mais le travail ne se termine pas là… Le travail du technicien du son embarque : le son doit être mixé et masterisé.

Et la femme dans le rap, tu en penses quoi?

Elles sont rares, mais il y en a de plus en plus. Il y a Casey, Keny Arkana, et pleins de nouvelles plumes, mais surtout en France. D’ailleurs, c’est une femme, originaire de Suisse (Kt Gorique), qui a gagné la finale mondiale du concours d’improvisation verbale, End of the Weak, en 2012!

C’est un milieu sexiste?

Il y a du sexisme de la part de quelques individus, mais en général, c’est encore un stéréotype, car la culture Hip Hop, au départ, est positive et porte un message de « paix et d’unité ». On a qu’à écouter U.N.I.T.Y. (entre autres) de Queen Latifah pour s’en rendre compte!

Qu’est-ce que les femmes apportent au rap, que les artistes masculins n’apportent pas?

J’dirais une approche plus humaine…

C’est quoi ton secret pour avoir des belles boucles de même?

Mes beaux yeux! Haha! Sérieux, je l’sais pas, ça s’fait tout seul depuis 1977.

Tu penses quoi d’un magazine qui fait la promotion d’une saine diversité corporelle pour la femme?

J’respecte beaucoup cela, comme la diversité culturelle ou l’égalité des sexes. Plusieurs personnes se sont battues pour qu’on ait un peu de droit et de libertés, respectons leur travail!

C’est quoi une belle femme pour toi?

Bien dans sa peau, sûre d’elle, avec des courbes.

Des gens bien informés m’ont dit que tu avais peut-être une primeur à me livrer? Si je te dis : La France?

Non, désolé, haha! Bien essayé. J’essaie de m’exporter, me faire entendre et peut-être aller en France éventuellement, mais pour le moment il n’y a encore rien de coulé dans l’béton. MAIS toutes les infos, la discographie, les vidéoclips et plus se retrouvent au www.aspectmendoza.com.

Mendoza2

Pour le suivre sur Facebook

♪ ♫ ♩ ♬  Dates des prochains spectacles : 29 Mars aux Katakombes et le 28 février, au Magog à Sherbrooke. ♪ ♫ ♩ ♬

fioritures-victoriennes-02

Pour me joindre : 

melaniegalipeau@bouclemagazine.com

@MelanieGali

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :