Suggestions de lectures pour journées de farniente

L’été, c’est le moment idéal pour reprendre son retard dans ses lectures ou pour découvrir de nouveaux genres de livres. Je vous propose donc deux suggestions de lectures parmi mes préférées des derniers temps.

Z Le roman de Zelda

Les épouses des hommes célèbres qui ont marqué l’histoire sont souvent dépeintes comme étant seulement « la femme de », et non de manière individuelle. On réduit leur rôle à celui d’accompagnatrice de leur mari ou de mise en valeur de la célébrité de celui-ci.

zelda2

Zelda Fitzgerald, femme de l’écrivain Francis Scott Fitzgerald, auteur de The Great Gatsby, faisait partie de ces femmes. Trop peu de gens se sont penchés sur le destin particulier de celle qui a dansé, écrit et peint, sans parvenir à la reconnaissance espérée. Z Le roman de Zelda, de Therese Anne Fowler, braque enfin les projecteurs sur Zelda dans un bouquin de plus de 400 pages qui se lit avec attention. Pour l’écriture de cette œuvre, l’auteure s’est énormément renseignée sur Zelda et Scott. Correspondances, nouvelles, documents, romans et articles, elle a tenté d’éplucher le plus d’archives possible sur le couple afin d’écrire un récit le plus près de la réalité. Elle ne prétend pas ici écrire une biographie de Zelda, mais une histoire de fiction basée sur la réalité.Zelda

Connaissant peu sur cette femme ayant vécu au début du siècle dernier, je me suis plongée dans cette lecture avec avidité. Ce roman, écrit d’une plume adroite et imaginative, permet au lecteur de vivre la vie de cette flapper à travers les mots de l’auteure. Cette histoire débute vers la fin de la Première Guerre mondiale, alors que Zelda sort à peine de l’adolescence et qu’elle rencontre F.S. Fitzgerald, celui qui sera l’homme de sa vie. Un jeune homme ambitieux qui croit foncièrement en son talent d’écrivain et qui la séduit du premier coup avec ses belles paroles. Ignorant les protestations de sa famille, Zelda épousera donc Scott et commencera dès lors à le suivre partout à travers le monde pour le bien supposé de sa création. Pourtant, avec la célébrité acquises grâce au succès des premiers écrits viendra, pour Scott, une angoisse qui ne pourra être apaisée que par des flots ininterrompus d’alcool et de soirées glamour aux conversations artificielles. L’apparence est la clé. Mère d’une petite fille, femme fragile et créative, Zelda tentera de s’épanouir avec difficulté. Ses vaines batailles causeront alors la perte de sa santé mentale.

Ce roman narre l’histoire romantique et tragique de ces deux amants, inséparables malgré les remous, à travers les yeux de cette femme ayant tout sacrifié pour l’amour. Un récit passionnant, parsemé d’extraits et de correspondances, qui brise le cœur autant qu’il captive. En terminant ce roman, j’ai tout de suite eu envie de lire les écrits de Zelda et de Francis Scott Fitzgerald pour essayer de déceler plus de détails sur eux à travers leurs lignes. Je crois qu’il en sera de même pour vous si vous lisez ce roman.

Z Le roman de Zelda, Therese Anne Fowler, Éditions Michel Lafon, 2013, 426 pages.

Valentin

valentin_image

Lors de ma récente boulimie pour les bandes dessinées, je suis tombée sous le charme de la BD Valentin de Yves Pelletier et Pascal Girard. Valentin, c’est le nom d’un chat roux, trouvé par Fanny dans un arbre, qui vient bouleverser le cours de son quotidien banal qu’elle partage avec son copain. Lors du départ de sa meilleure amie qui avait adopté le minou, Fanny ramène cette boule de poils à la maison malgré l’allergie de son amoureux. Affectueux, Valentin permet alors de combler le manque d’attention et d’affection de Fanny dont la relation de couple est sur le déclin. Elle traite l’animal comme s’il s’agissait d’un humain et cela entraîne des complications au sein de son couple déjà fragile.

lectureTentant tant bien que mal de jongler avec son emploi incertain, sa meilleure amie qui quitte le pays et des ex qui reviennent dans le décor, Fanny est prise entre son désir de garder son nouvel animal de compagnie et celui de sauver son couple.

Avec ses illustrations colorées et mignonnes, et ses dialogues réalistes, cette BD québécoise est réellement un petit bonbon de lecture, tout particulièrement pour les lecteurs appréciant les minets. Une histoire en apparence ordinaire est arrivée à me mettre un sourire constant sur le visage tout au long de ma lecture et à me faire pousser des awww systématiques. Bref, un album idéal pour les soirées tristounettes où on a le moral à plat.

Valentin, Yves Pelletier et Pascal Girard, Éditions La Pastèque, 2010, 125 pages.

Pssst! La maison d’édition de bande dessinée La Pastèque regorge de petits trésors. Ne te gêne pas pour les découvrir.

Bonne lecture!

Avez-vous des bandes dessinées québécoises à me suggérer?

Amélie Lacroix Maccabée

amelie.lacroixmaccabee@gmail.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :