L’hôtesse de l’air T.2 : L’atterrissage de Scarlett Lambert

Scarlett, trente ans, est agente de bord, mais elle préfère dire « hôtesse de l’air » parce que c’est plus sexy. Alors qu’elle croyait avoir enfin trouvé l’amour, la voilà confrontée à un choix déchirant : s’oublier dans une relation passionnée où elle passe toujours en second ou donner une chance à un autre prétendant, qui ressemble étrangement à son idéal.

Entre l’initiation d’une nouvelle hôtesse et un atterrissage d’urgence, les passagers ne lui laissent pas de répit et, surtout, peu de temps pour réfléchir. Heureusement que ses colocataires et meilleurs amis, Béa et Rupert, sont là pour la conseiller. Scarlett prendra-t-elle la bonne décision?

L’on retrouve Scarlett Lambert exactement où on l’a laissé à la fin du premier tome. Saura-t-elle continuer à donner de la compétition à Charlotte Lavigne ou fera-t-elle chou blanc dans ce deuxième tome?

Terminés les balbutiements pour Scarlett? C’est mal la connaître. Tandis que précédemment, elle succombe à une histoire interdite, mais surtout à devenir ce qu’elle n’aurait jamais pensé devenir, Scarlett se retrouve prise dans son propre piège maintenant. On tombe donc dans un registre un peu personnel pour l’héroïne, mais pas pour autant moins rocambolesque. Le facteur anecdote, partie intégrante de la chick-lit, n’est jamais très loin.

Bien sûr, Béa et Rupert, les fidèles amis, sont de retour dans ce tome. Malheureusement, ils sont beaucoup moins présent qu’auparavant. On en prendrait un peu plus, mais cette décision de l’auteure est conséquente avec la transition vers le côté plus personnel de Scarlett dans le livre.

Chroniques d’une hôtesse de l’air

Élizabeth Landry nous offre exactement la même qualité que lors de L’hôtesse de l’air: le décollage de Scarlett Lambert. A-t-elle réussi à tenir sa vitesse de vol? Oui. Fait-elle toujours compétition à Charlotte Lavigne? Un peu moins. L’histoire est toujours excellente, mais ce deuxième tome n’arrive pas à la cheville de Charlotte.  On espère toutefois que le troisième tome de Scarlett saura rétablir la situation de ce côté.

Avec le titre du manuscrit, et par la force des choses, on se dit que c’est peut-être la fin et cette histoire n’est qu’une duologie. Mais… AH HA, au plus grand plaisir de tous, il y aura un troisième tome!

Heureusement, sinon on serait probablement restés un peu sur notre faim.

Facebook officiel

Pssttttt! Passez donc faire un tour sur le site de l’auteur : Les chroniques d’une hôtesse de l’air

Verdict : Boucle excellent

Note : 8/10

Genre :  littérature québécoise, chick-lit

Éditions : Libre Expression

Prix :  24,95 $ (papier), 17,99$ (numérique)

@AlexePhilibert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :