Repas ou plaisir et malheurs autour d’une table

L’autre jour, j’ai eu envie de me pencher sur le mot « repas », un terme qui revêt pour chacun de nous un sens tout particulier. Un moment dans notre journée, notre semaine ou notre vie qui peut avoir un impact beaucoup plus grand qu’il ne le semble. Un instant qui traduit notre état émotionnel, notre condition ou les événements qui nous affectent.

Les représentations du mot « repas »

Moment rassembleur

Moment pouvant être empreint de joie et de plaisir, ponctué d’éclats de rire et de larmes de joie. Les plus belles annonces ne sont-elles pas faites autour d’une flûte de champagne (ou de mousseux, tout dépendant le budget du moment.) : « J’ai terminé mes études. Je vais me marier. J’ai obtenu l’emploi de mes rêves. » ? Les repas peuvent aussi être le lieu d’une tradition que l’on chérit et que l’on attend.

Moment de réconfort

On célèbre les bonnes nouvelles devant un repas, souvent bien arrosé, mais on tente aussi d’apaiser les blessures, comme le décès d’une personne proche, devant des bouchées, sandwichs et crudités. Quand les mots ne suffisent plus et que la douleur est trop forte. Pour exprimer sa peine et être écouté, quoi de mieux qu’un café ou un thé fumant avec un ami? Je me souviendrai toujours de mes amies qui ont cuisiné pour moi, à l’annonce de la mort d’une femme qui comptait énormément dans ma vie. L’une d’elles a passé des heures dans sa cuisine à préparer le dessert parfait (pour moi). Ces plats étaient empreints d’amour et de sollicitude à mon égard.

Moment privilégié passé à deux

Un instant passé avec l’être aimé, avec un ami de longue date ou une connaissance que l’on a pas vu depuis des années. Un moment parent-enfant à travers un horaire chargé.

Moment de détente

Une pause que l’on s’octroie après une journée fastidieuse. Un petit verre de bière ou de vin seul dans son bain avec des bulles. Le nirvana!

L’envers de la médaille

Pour moi, la nourriture et les repas évoquent aujourd’hui tout ce dont j’ai discuté plus haut, mais pour certains il en va tout autrement. Refaisons l’exercice.

Moment qui divise

Leu de malaise, de silence ou de dispute. Lieu où l’on doit aborder un sujet délicat et confronter l’autre.

Moment d’angoisse

Les repas synonyme d’inquiétudes, de questionnements, de calculs ou de détresse. « Va-t-on commenter la quantité que je mange? Je vais sans doute engraisser si je mange x aliment. Je devrai recommencer à faire attention demain. Les repas faits avec ce qu’il reste dans le frigo, allégés faute d’un budget suffisant pour faire une bonne épicerie. Portion exagérément petite pour avoir assez de nourriture pour les enfants. La question qui revient en boucle, qui s’éteint dans un murmure de désespoir : « Qu’est-ce que nous allons bien pouvoir manger demain? ». Les repas lieu de comparaison : « Elle est bien chanceuse de pouvoir manger autant et de ne pas engraisser. » « Si je mange cet aliment, les gens me jugeront et croiront que je suis grosse car je l’ai mérité. »

Moment qui nous rappelle notre solitude

Un repas surgelé ou vite fait, mangé devant la télé, l’ordinateur ou son cellulaire. Repas où la solitude pèse. Espoir de trouver LA personne qui viendra briser ce silence.

Le mot repas est au final beaucoup plus complexe qu’il ne le laisse paraître. J’aurais pu écrire encore des pages et des pages sur le sujet et peut-être même en faire un rapport d’activités à la maîtrise, qui sait?

Repas: un mot de 5 lettres qui évoque un océan d’émotions ou encore de souvenirs. Comme rien n’est noir ou blanc dans la vie, vous avez sans doute vécu les deux côtés de la médaille, à un moment ou un autre de VOTRE histoire? Dans le meilleur des mondes, je souhaiterais que ce terme soit synonyme de bonheur et de douceur pour vous autant qu’il l’est pour moi.

Votre bouclette gourmande, Mélanie Guénette-Robert
Twitter: @m_guenette

Crédits photo: Flickr.com

2 Commentaires

  1. En lisant ton article, je me suis remémoré de bons repas partagé entre amis, avec la famille etc… Mais, je me suis souvenu également d’un repas en particulier où j’ai ressenti le malaise de la privation. (plus tard, j’ai appris que la personne concernée souffrait d’anorexie). Depuis, je m’efforce de faire comprendre à mes cocottes que c’est normal de manger, que c’est sain et que ça fait parti des plaisirs de la vie… Mais, c’est vrai que le mot repas est compliqué!!

    • guenettemelanie

      Je suis vraiment heureuse que vous ayez pris un moment pour écrire ce commentaire. Vos cocottes sont chanceuses d’avoir une femme comme vous qui leur transmet le goût de manger avec plaisir. Je suis certaine que votre discours les aidera à développer une meilleure relation avec la nourriture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :